Pascale Delagnes: chant
Mathieu De Wit: piano
Damien Campion: contrebasse
Julien Delbrouck: saxophone,
clarinette basse, flûte

[PHOTO]
©Yves Kerstius
Depuis 2007, les musiciens de Belch' Quartet rendent hommage à la Belgique et prennent plaisir à donner une autre vie à son patrimoine musical au travers du jazz.

Leur répertoire, plein de nuance entre subtile intimité et swing intense, nous fait voyager à travers les époques et les styles musicaux, sans oublier les diversités culturelles et linguistiques qui font la richesse du «plat pays».

Belch’ Quartet surprend par le choix, parfois audacieux, des morceaux ou encore par l'originalité de l’interprétation musicale. Il conquiert un public ému de (re)découvrir des morceaux parfois oubliés ou des "hits" dont l'origine, belge, est méconnue.

C’est à l'occasion d'un échange culturel en Thaïlande que Mathieu De Wit, Damien Campion et Jonathan Taylor créent le groupe BELCH' et commencent à se réapproprier le répertoire musical belge au travers du jazz, à la manière des jazzmen qui ont toujours puisé dans le répertoire populaire, la variété ou le music-hall pour en faire leurs «standards».

Pascale Delagnes rejoint ensuite le groupe. Avec sa voix, elle rend à la musique les mots qu’ils traduisaient en sons et en images. Grâce à son expérience dans le théâtre de rue et la chanson française, elle crée avec le public un lien spontané et authentique.

Le groupe prend une nouvelle dimension, permettant de toucher un public plus diversifié tout en laissant une place essentielle à l’improvisation, si propre au jazz. Les amateurs de jazz et les amateurs de chanson s’y retrouvent mais aussi les nostalgiques des époques musicales revisitées.

Depuis 2014, le batteur Jonathan Taylor a quitté la formation et a été remplacé par Julien Delbrouck, musicien rencontré sur la scène bruxelloise. Au saxophone, à la flûte et à la clarinette, il apporte un nouveau « souffle » au répertoire du quartet.

En écoutant Belch’ Quartet, on imagine bien Jacques Brel emmenant Annie Cordy à Vesoul, Arno et Wannes Van de Velde attablés dans un estaminet une nuit à Anvers ou encore Wallace Collection chantant la Brabançonne avec Wim Mertens alors que tombe la neige.

Un moment ludique, parfois teinté d'ironie, où la "devinette" devient presque un jeu avec le public.